Nos lectures du moment

Modérateur : maître charpentier

Avatar de l’utilisateur
caféine
Galérienne
Messages : 1129
Inscription : 31 oct. 2019 00:58

Nos lectures du moment

Message par caféine » 01 nov. 2019 23:09

Cela fait déjà longtemps que j'ai découvert Jean-Christophe Rufin, j'ai une grande admiration pour cet auteur qui écrit des livres si différents les uns des autres.
Je suis en train de relire l'Abyssin "relation des extraordinaires voyages de Jean-baptiste Poncet, ambassadeur du Négus auprès de sa Majesté Louis XIV"...quel régal :)
Je continuerai avec la suite qui s'intitule "Sauver Ispahan".
L'avantage d'avoir peu de mémoire, c'est que ça me permet de relire tous mes livres préférés environ tous les 2 ans, je redécouvre et c'est merveilleux :)
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Tard dans le noir ou presque noir, le noir estima qu'il était tard et cessa de jouer

Avatar de l’utilisateur
boby6
Messages : 9
Inscription : 17 nov. 2019 18:38

Re: Nos lectures du moment

Message par boby6 » 17 nov. 2019 19:24

Je vous recommande le livre de Joseph Ponthus, à la ligne.

L'auteur d'abord, né en 78, a fait une prépa littéraire puis a travaillé comme éducateur spécialisé en région parisienne. De cette époque, reste un livre, écrit collectivement, Nous, la cité. Bref, il rencontre sa future femme, qu'il suit en Bretagne. Là-bas, il ne trouve pas de travail, alors il s'inscrit dans des boites d'intérim. L'histoire commence là. Soixante-six feuillets d'usine, comme précise le sous-titre, durant lesquels il raconte ses journées.

Le livre s'ouvre sur Apollinaire "C'est fantastique tout ce qu'on peut supporter" et se referme une fois terminé. On y croise des crevettes, des tonnes de crevettes, des bulots, qui n'ont évidemment aucun intérêt, des carcasses, du sang, beaucoup de sang, surtout quand les onglets ont débarqué, on y croise Jacques, Barbara, Aragon, Léo, d'autres, et surtout Charles Trénet, on y voit l'homme et son épouse amour, le fils, Pok Pok le chien, de drôles de maladies comme la vendredite ou la dimanchite, et tout plein d'ouvriers. Il y a des lourdeurs, des répétitions, mais du rythme, toujours du rythme, sûr on est bien à l'usine. Grand Prix RTL-Lire 2019, Prix Régine-Desforges, Prix Jean Amila-Mecker, Prix du premier roman des lecteurs des bibliothèques de la ville de Paris. Voilà pour la liste des récompenses qui ne veulent rien dire.

Si je n'avais lu que la bio de l'auteur, je n'aurais pas acheté le livre. Trop peur qu'il fasse une Polonyte, vous savez ce syndrome "j'ai exercé un métier pendant un an, alors maintenant je sais tout, je peux tout dire, je suis expert, je vaut mieux que ça, je suis un intellectuel, Moi". Mais, chez le libraire, il y avait une petite note d'un lecteur : "Prenez-le pour le style".
Tout est dit, le style fait tout. Parfois les références arrivent un peu comme un cheveu sur la soupe, de poissons, d'autres fois, c'est plus subtil, et ça fait des gros shploooourk, Et ça fait des gros splaaaaaash, je préfère.
Je n'ai pas pu le lâcher, ça se lit en cadence et, comme à l'usine, on ne peut pas quitter son poste. Je vous en recopie un extrait significatif de l'ensemble, chapitre 12 :

Ça a débuté comme ça
Moi j'avais rien demandé mais
Quand un chef à ma prise de poste de demande si j'ai déjà égoutté du tofu
Quand je vois le nombre de palettes que je vais avoir à égoutter seul et que sais par avance que ce chantier m'occupera toute la nuit

Égoutter du tofu

Je me répète les mots sans trop y croire
Je vais égoutter du tofu cette nuit
Toute la nuit je serai un égoutteur de tofu

Je me dis que je vais vivre une expérience parallèle
Dans ce monde déjà parallèle qu'est l'usine

Je pose le cadre
Il est quatorze heures trente
Je sors de ma nuit m'étant couché vers huit heures
Je dois embaucher à vingt heures trente et débaucher à cinq heures
L'agence d'intérim m'appelle changement de programme et d'horaires
De dis-neuf heures jusqu'à quatre heures trente ce qui en comptant la demi-heure de pause quotidienne me fera un bon neuf-heures de boulot
Je ne serai pas aux poissons panés mais aux plats cuisines que mon usine produit aussi

Je commence à travailler
J'égoutte du tofu

Je me répète cette phrase
Comme un mantra
Presque
Comme une formule magique
Sacramentelle
Un mot de passe
Une sorte de résumé de la vanité de l'existence du travail du monde entier de l'usine
Je me marre

J'essaie de chantonner dans ma tête Y a d'la joie
du bon Trenet pour me motiver
Je pense au fameux vers de Shakespeare où le monde est une scène dont nous ne sommes que les mauvais acteurs
Je pense être un Kamoulox vivant
"Je chante du Trenet en égouttant du tofu
-Hélas non vous re-cu-lez de trois pois-sons pa-nés"

Je pense que le tofu c'est dégueulasse et que s'il n'y avait pas de végétariens je ne me collerais pas ce chantier de fou de tofu
J'échafaude des contrepets qui me semblent bien sonner
Égoutteur de tofu
Et fauteur de dégoûts

Les gestes commencent à devenir machinaux
Cutter
Ouvrir le carton de vingt kilos de tofu
Mettre les sachets de trois kilos environ chaque sur ma table de travail
Cutter
Ouvrir les sachets
Mettre le tofu à la verticale sur un genre de passoire horizontale en inox d'où tombe le liquide saumâtre
Laisser le tofu s'égoutter un certain temps

Un certain temps
Comme aurait dit Fernand Raynaud pour son fût de canon
Qui se souvient encore de Fernand Raynaud et de ses sketches qui semblent aujourd'hui si datés
J'essaie de me souvenir des sketches de Fernand Raynaud en égouttant du tofu
Le 22 à Asnières
La chemise lilas
Pourquoi tu tousses
Le Fût de canon
Je me souviens que ma grand-mère adorait me les montrer à la télé quand j'étais gamin
Je repense à elle qui me manque
Je me souviens
Je me souviens Georges Perec Forcément

Avatar de l’utilisateur
boby6
Messages : 9
Inscription : 17 nov. 2019 18:38

Re: Nos lectures du moment

Message par boby6 » 18 nov. 2019 20:37

J'aurais compris sans le lien, je suis enseignant. Oui, c'est exactement pareil, des petites donneuses de leçons, découvreuses de solutions miracles. Je mets au féminin juste parce que ces deux exemples sont des femmes, hein, ne vous sentez pas offusquées mesdames, il y a aussi un paquet de connards.

Avatar de l’utilisateur
jej33
Pirate sur son radeau
Messages : 247
Inscription : 11 nov. 2019 16:07

Re: Nos lectures du moment

Message par jej33 » 15 déc. 2019 17:42

Je dois finir le dernier tome de la trilogie " vernon subutex" de Virginie Despentes.
Ca fait presqu'un an, j'avais pourtant adoré les 2 premiers, mais ce dernier tome j'ai plus de mal bizarrement...

Prochain livre: vampire en pyjama de M. Malzieu.. Il date mais ça fait tellement longtemps que je veux le lire.
Et puis j'ai pas le choix car ma sœur m'a offert ya 6 mois " une sirène à Paris" toujours de Malzieu... ^^

Motivation en cours...
---------------------------------------------------------------------------------------------

" Au brûlant du feu "

Avatar de l’utilisateur
Mélie
Messages : 431
Inscription : 09 nov. 2019 18:35

Re: Nos lectures du moment

Message par Mélie » 15 déc. 2019 20:50

jej33 a écrit :
15 déc. 2019 17:42
Je dois finir le dernier tome de la trilogie " vernon subutex" de Virginie Despentes.
Ca fait presqu'un an, j'avais pourtant adoré les 2 premiers, mais ce dernier tome j'ai plus de mal bizarrement...
Ça me fait penser que j'ai la trilogie qui m'attend sur ma table de chevet depuis presque 1 an, faudrait peut-être que je m'y mette... Sinon dernièrement j'ai lu King Kong théorie et c'était fort intéressant. Je recommande ! Des <3 sur Despentes.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
On ne nait pas femme mais on en meurt.

Avatar de l’utilisateur
__Marine__
Brioche saezienne
Messages : 1179
Inscription : 28 oct. 2019 22:07

Re: Nos lectures du moment

Message par __Marine__ » 07 mai 2020 11:06

Depuis quelques temps j'essaie de mettre l'ordinateur au sommeil plus tôt le soir et d'ouvrir un livre.

A la boite à livre (qui tourne bien en ce moment !) j'ai donc pris et pour l'instant lu :

- Un bouquin dont je ne me souviens plus le nom, je l'ai assez vite lu 2 jours maximum, histoire d'un homme qui travaille comme responsable d'une exploitation à grosso modo 1 h de Montpellier.. J'espérais que ce soit pas à l'eau de rose mais finalement, un peu. Ce n'est pas une histoire "sur la vie à la mine" mais c'est un tout, entre ce qui se passe dans la tête en friche du responsable et la vie sur place. Et la vie quand il redescend. Livre très ancien maximum 1920...(et du coup, que j'ai protégé car je sens qu'à force de passer de main en main, il vivrait pas longtemps encore).

- le dernier en date fini, Les Parisiens d'Alain Schifres.
Forcément le sujet m'attirait... Sorte d'introspection d'un parisien sur tout ce qui fait un "Parisien" en général. Sans critiquer les attitudes mais sans les encenser non plus. Les tics de langage etc.. Après, le bouquin en lui même démarre vite mais il est trop long, on tourne assez vite en rond sur le sujet.
Le livre datant de 1989-1990 il est sûrement obsolète par rapport à la vie de maintenant. (j'suis pas certaine que tous les parisiens accourent à tous les dîners, banquets, trucs pour se voir autant qu'il le décrit hein...).
---------------------------------------------------------------------------
Et les démons d’antan, à la sueur de mes poings, je combattrai Comme un vieux chêne tient quand l’orage a tout naufragé

Ema
Messages : 256
Inscription : 02 nov. 2019 12:31

Re: Nos lectures du moment

Message par Ema » 09 mai 2020 20:28

__Marine__ a écrit :
07 mai 2020 11:06
Livre très ancien maximum 1920...(et du coup, que j'ai protégé car je sens qu'à force de passer de main en main, il vivrait pas longtemps encore).
<3 pour l'intention (j'ai horreur des livres couverts)

gavroche_greyjoy
Messages : 126
Inscription : 08 nov. 2019 18:22

Re: Nos lectures du moment

Message par gavroche_greyjoy » 02 sept. 2020 23:55

J'ai un vrai coup de coeur pour ce roman sorti tout récemment : "Un jour viendra couleur d'orange" de Grégoire Delacourt.
L'histoire est centré sur le quotidien de Geoffroy, 13 ans, et celui de ses parents, Louise et Pierre. Geoffroy est un enfant solitaire, et l'attitude qu'il manifeste régulièrement peut faire plus ou moins penser à celle d'un enfant autiste. Louise, la maman, est infirmière, elle travaille à l'hôpital, et sa tâche principale est d'accompagner les patients gravement malades, proches de la mort. Pierre, le papa colérique, s'investit dans le mouvement des gilets jaunes, et semble perdre totalement pied dans sa vie. Enfin, il y a aussi Djamila, seule amie proche de Geoffroy.

Voici 3 petits extraits pour illustrer l'ambiance, l'univers de ce magnifique bouquin :

« Parfois, ils ne disent rien, confie Hagop. Elle prend alors sa main avec une grande délicatesse mais quelquefois la sienne s’effarouche comme un chardonneret. Ils marchent longtemps sans trébucher sur les racines. Ils devinent la gadoue sous les feuilles. Ils évitent les trous d’eau. Certains jours, ils s’asseyent. Ils écoutent le silence. Parfois, la jeune fille – elle est ravissante, précise Hagop, elle a des yeux d’un vert étonnant, une peau caramel – partage ses écouteurs avec le garçon et on dirait alors qu’ils ne font qu’un. Le garçon pose son visage sur son épaule, elle est plus grande que lui, je vous l’ai dit, alors elle l’étreint. Je sais bien que ce sont deux enfants, chuchote-t-il, ils doivent avoir 13 et 15 ans, mais il y a entre eux quelque chose qu’on a tous possédé et tous perdu. Qu’on a oublié. Quelque chose d’immense, qui va être assassiné. »

« Le docteur lui avait expliqué ce qui se passait. L’arthrose paralysante, extrêmement douloureuse. Ce qu’il allait faire. D’abord un sédatif, pour calmer l’animal. Puis la piqûre. La surdose d’anesthésique. Le chien s’endormirait paisiblement. Geoffroy avait regardé la gueule ébouriffée du barbet, avait croisé son regard jaune perdu, il avait frappé le bureau du vétérinaire et s’était mis à pleurer pour la première fois de sa vie. Il venait de comprendre la tristesse. Sa première grande émotion. Alors Louise avait enfin pu répondre à sa question. Tu es comme les autres, Geoffroy, tu es comme les autres. »

« L’alcool anesthésie les colères. Les femmes rient fort, les hommes les trouvent jolies. Le troquet de Lolo devient une guinguette. Demain, il faudra retourner faire le vigile à Auchan, le surveillant à la maison d’arrêt de Douai, le préposé au tri des fruits et légumes à la coopérative. Demain, il faudra remettre l’uniforme jaune, retourner sur le champ de bataille, avancer toujours, reprendre la Bastille, faire tomber le gouvernement, organiser de nouvelles élections, retrouver la fraternité, le sel des hommes. Quand il marche dans la nuit froide et coupante pour rejoindre sa femme et leur fils, Pierre a des envies de larmes. »

Avatar de l’utilisateur
caféine
Galérienne
Messages : 1129
Inscription : 31 oct. 2019 00:58

Re: Nos lectures du moment

Message par caféine » 15 sept. 2020 21:52

gavroche_greyjoy a écrit :
02 sept. 2020 23:55
J'ai un vrai coup de coeur pour ce roman sorti tout récemment : "Un jour viendra couleur d'orange" de Grégoire Delacourt.
L'histoire est centré sur le quotidien de Geoffroy, 13 ans, et celui de ses parents, Louise et Pierre. Geoffroy est un enfant solitaire, et l'attitude qu'il manifeste régulièrement peut faire plus ou moins penser à celle d'un enfant autiste. Louise, la maman, est infirmière, elle travaille à l'hôpital, et sa tâche principale est d'accompagner les patients gravement malades, proches de la mort. Pierre, le papa colérique, s'investit dans le mouvement des gilets jaunes, et semble perdre totalement pied dans sa vie. Enfin, il y a aussi Djamila, seule amie proche de Geoffroy.

Voici 3 petits extraits pour illustrer l'ambiance, l'univers de ce magnifique bouquin :

« Parfois, ils ne disent rien, confie Hagop. Elle prend alors sa main avec une grande délicatesse mais quelquefois la sienne s’effarouche comme un chardonneret. Ils marchent longtemps sans trébucher sur les racines. Ils devinent la gadoue sous les feuilles. Ils évitent les trous d’eau. Certains jours, ils s’asseyent. Ils écoutent le silence. Parfois, la jeune fille – elle est ravissante, précise Hagop, elle a des yeux d’un vert étonnant, une peau caramel – partage ses écouteurs avec le garçon et on dirait alors qu’ils ne font qu’un. Le garçon pose son visage sur son épaule, elle est plus grande que lui, je vous l’ai dit, alors elle l’étreint. Je sais bien que ce sont deux enfants, chuchote-t-il, ils doivent avoir 13 et 15 ans, mais il y a entre eux quelque chose qu’on a tous possédé et tous perdu. Qu’on a oublié. Quelque chose d’immense, qui va être assassiné. »
Quelle poésie..." ils devinent la gadoue sous les feuilles "...
Je n'ai pas encore lu Grégoire Delacourt, j'attends qu'un de ses livres arrive chez Emmaüs ou dans une boîte à livres ( ou que tu me l'offres :lol: )

J'étais en train de finir l'essai de Jean Ziegler " Lesbos la honte de l'Europe " quand le camp de Moria est parti en fumée, honte, colère, tristesse, je n'ai pas eu le courage de le terminer...

Pour me " consoler " j'ai commencé un livre de Patricia Cornwell " Inhumaine " je ne connais pas cet auteur et depuis 500 pages je me demande si je suis en train de lire un super bouquin ou une vraie merde, c'est assez perturbant :shock:
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Tard dans le noir ou presque noir, le noir estima qu'il était tard et cessa de jouer

Avatar de l’utilisateur
caféine
Galérienne
Messages : 1129
Inscription : 31 oct. 2019 00:58

Re: Nos lectures du moment

Message par caféine » 16 sept. 2020 22:36

Finalement ce bouquin était une distraction, mais fatigante !
Un roman policier avec une intrigue tordue, des gens pleins de fric, du suspense, juste assez pour me donner envie de le finir....
J'aime bien lire des polars quand je suis fatiguée de la vie, mais il faut au moins que j'apprenne quelque chose, que je souris, que je m'indigne, qu'une certaine émotion m'envahisse en bref....
Fred Vargas, Henning Mankell, Petros Markaris, Moussa Konaté..............
Mais par pitié plus de FBI :evil:

Du coup ça me donne encore plus envie de lire Grégoire Delacourt, moi aussi je veux deviner la gadoue sous les feuilles, écouter le silence et marcher sans trébucher sur les racines.....
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Tard dans le noir ou presque noir, le noir estima qu'il était tard et cessa de jouer

Répondre